Ksar Aït Sidi Messaoud est une petite oasis d’une superficie de 23 hectares irriguée aux eaux de trois foggaras. Elle fait partie du chapelet d’oasis échelonnées sur plus de 80 km le long de l’axe Nord-Sud joignant Timimoun-Adrar-Reggane. La population de cette oasis est de 645 habitants dont les revenus étaient initialement exclusivement agricoles, mais qui se sont diversifiés suite à la faillite du système agricole oasien due à la pénurie d’eau. En effet, sous l’impact de la conjugaison de plusieurs facteurs, dont notamment l’extension des superficies irriguées, le manque de maintenance des galeries des foggaras et  l’exploitation intensive (par forages) de l’aquifère Continental Intercalaire, le débit de la plupart des foggaras  n’a pas cessé de diminuer au fil des années. Dans cette région, Il y avait plus de 4000 foggaras fonctionnelles avec des débits adaptés aux besoins des usagers. 

Aujourd’hui, de nombreuses foggaras ont complètement  tari et d’autres ont vu leurs débits chuter significativement. Alors que leur débit continu initial dépassait les 5 litres/s, il est estimé aujourd’hui à 1l/s. Un débit aussi faible ne permet pas d’assurer la survie du système oasien en place. La prolifération des puits de surface à la périphérie orientale de l’oasis, où le pompage de l’eau est assuré à l’énergie électrique, n’a fait qu’accélérer la surexploitation de la nappe et le tarissement des foggaras.

La problématique de cette oasis réside dans un grand déficit généralisé en eau d’irrigation qui s’aggrave avec le temps. La foggara et les puits ne sont plus en mesure de satisfaire les besoins minimum en eau de l’oasis. En conséquence, la superficie irriguée se réduit à sa plus simple expression et les exploitants sont amenés à compléter leurs revenus par une pluriactivité diversifiée en dehors de l’oasis, avec  de nombreux cas d’abandon total ou partiel de l’irrigation.